L’Humanité par un poète persan du XIIIème siècle

 

Hommes – fils d’Adam – forment un seul corps,

car ils ont comme origine la même perle.

Si un membre de ce corps souffre,

les autres en seront affectés.

Ô toi qui es indifférent aux malheurs des autres,

Tu ne mérites pas qu’on t’appelle Homme.

Saadi de Chriraz (environ 1210-1291)

 

La traduction de ce poème serait dans le hall d’entrée du siège des Nations Unies à New York

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.