200ème et Dönerstag en Espagne

Le badge pour ma 200ème cache trouvée

Ma 200ème cache aura eu lieu sur le bord d’une route entre Ayamonte et Punta del Moral. Une petite cache à la hauteur des 199ème précédentes, on ne voit rien de spécial à première vue et pourtant, le simple fait de passer à-côté par la suite fait de moi un initié. Je fais partie de cette confrérie qui sait que derrière un lieu à première vue classique, se cache un trésor.

 

Le jeudi 13 avril 2017 aura lieu le Dönerstag 2017, une réunion de géocacheurs qui a lieu tous les ans. L’idée est simple le jeudi (en Allemand) « Donnerstag » on se réuni pour manger un « Döner(Kebab) ». Cette réunion basée sur un petit jeu de mot est une institution de la communauté des géocacheurs : on se retrouve pour le plaisir de passer un moment ensemble, simplement. Nous l’ons passé pour notre part à Isla Cristina en compagnie d’espagnoles et de portugais, tous très heureux de voir un petit belge rejoindre le groupe déjà très soudé. Cette réunion sera l’occasion de s’échanger quelques Travel Bugs, quelques cadeaux (badges, lacets, etc) et quelques adresses de restaurants.

Ce cache proche du centre de Ayamonte nous aura donné du fil à retordre. C’est pourtant Alicia qui d’un air distant et pétri de certitude nous affirma que la cache est là. Et effectivement … elle se trouvait à l’endroit indiqué.

La cache « Canto Inferior Direito 2 (Vila Real S Antonio) » me fait rêver depuis que je fait du géocaching. Une cache sur la frontière entre l’Espagne et le Portugal. Avec pour seul adossement l’Océan Atlantique.

J’ai fait plus au sud 2 jours plus tard, mais dans mon esprit, nous sommes à la pointe méridionale du Portugal. La jetée est longue est composée uniquement d’amas de pierre. On y avance pas avec légèreté et assurance. Il faut en plus jongler entre les lignes de pêcheurs. Une fois sur les lieux, trouver une anfractuosité entre les cailloux relève du masochisme, d »autant plus qu’il faut être discret. Avec mes cheveux blonds et mon tein blanc, c’est loupé. La perte de mes lunettes dans les cailloux en cherchant sonna presque la fin de ma patience. Mais par chance, cettec ache m’avait fait fantasmée depuis trop longtemps pour abandonner si rapidement. Je la trouverau dans un soupire de plaisir. Il n’y a plus qu’à rentrer.

La dernière cache à Faro n’aura d’autre intérêt que de nous montrer qu’il n’y a pas grand chose à voir ou à faire sous ces latitudes ensoleillées.

Il est temps de rentrer vers la Belgique. J’aurais respecter ma tentative de faire au minimum une cache pr jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.